Retour aux sources à Gigean.
L'auteur de ces lignes recommande au visiteur quelques exercices de respirations afin de se mettre en état de grande concentration. Tout relachement de l'attention, toute rupture dans le cheminement de lecture risquerait de conduire à perdre le fil de l'exposé, et à embrouiller davantage les entrelassements de l'écheveau.


Gigean (Hérault), petite bourgade située à une dizaine de kilométres de Sète en direction de Montpellier, est une des plaques tournantes de l'histoire familiale

Nos ancètres CALDIE originaires de Lodève et branche maternelle de (Charles)-Louis STEFANI s'y implantèrent avant qu'Elise CALDIE (génération 1850) n'épouse Paul Stefani, fils du Général Lucien STEFANI. Le foyer Stefani-Caldié s'établit en Corse à Arena, propriété antérieusement acquise et mise en valeur par le général. Il y naquit 4 enfants : Lucien, Victor, Charles-Louis, Juliette (génération 1880).
Mais le ménage allait péricliter, aux torts incontestables (selon des opinions concordantes) de l'époux.
Elise Stefani dût donc, avec ses 4 jeunes enfants, se fixer à nouveau à Gigean auprès de sa propre famille.
Ce n'est que bien plus tard que Louis STEFANI allait regagner la Corse, pour entretenir et exploiter les terres de Sainte Juliette d'Arena.

Mais l'ancrage familial était alors bien établi à Gigean, même si Lucien et Victor les frères de Louis s'éloignaient eux aussi du noyau lanquedocien.

Dans les achives, on découvre de nombreuses photos prises à Gigean, lorsque les familles s'y retrouvaient, ce qui n'était pas très fréquent car les transports dans l'entre 2 guerres devaient être pénibles, surtout lorsqu'il fallait traverser la méditérannée entre Corse et Continent. On remarque bien sûr Louis Stefani, son épouse Marie Battesti, et ses enfants (génération 1920-1925) : Louise, Juliette (junior) et Elise (junior). On rencontre Victor et Odette sa femme avec leurs enfants Geneviève et Claude. La tante Juliette (sénior) est partout présente. On remarque aussi Germaine Bonnier une cousine proche, qui vit à l'époque avec sa mère à Gigean. Nous y reviendrons, car par cette seule cousine passe "l'autre" branche maîtresse issue de Charles Caldié (père d'Elise Caldié-Stefani).

Il faut noter qu'un hasard (?), à moins que des arrangements que je ne connais pas y ait contribué, allait alors rapprocher deux branches STEFANI : Juliette STEFANI, soeur de Louis STEFANI, convolait en juste noce avec un sieur Joseph Stefani originaire de Venaco. Deux familles Stefani sans liens apparants, bien que toutes deux Venacaises (le général Stefani, grand-père de Juliette était né à Venaco), allait donc s'unir une première fois. Elles n'en resteront pas là, puisque Joseph est le frère d'un Orso-Paul Stefani, médecin militaire qui après avoir épousé une certaine Antoinette Marais, s'établissait à Herponcey (commune de Rugles dans l'eure).

Dans ces circonstances, ce sera moins un hasard lorsque Louise Stefani (fille de Charles-Louis) et Pierre Stefani (fils d'Orso-Paul) se rencontreront à Gigean. Louise, qui s'engage dans des études de droit, y sera venue en 1940 pour - à cette occasion - tenir compagnie à sa tante directe, Juliette Stefani. Pierre aura été accueilli par la même Juliette, épouse de son oncle Joseph, pour préparer le doctorat de droit qu'il présente - pour cause d'occupation dans le nord de la France - à Montpellier. Bien sûr, ce rapprochement inopiné trouvera son issue dans un nouveau mariage. Les familles STEFANI Corso-normandes et Stefani Corso-lanquedociennes sont à nouveau apparentées.

.... Et ainsi, les Stefani-Marais sont attachés à Gigean par l'intermédiaire de Juliette Stefani épouse de Joseph. Les Stefani-Battesti sont imprégnés de Gigean par les Caldié et par Juliette Stefani, soeur de (Charles)-Louis en même temps qu'épouse de Joseph (comprenne qui pourra).

Un résumé de la situation peut donc être proposé :

Génération 1

Génération 2

Génération 3

Paul Stefani
Elise Caldié

Juliette Stefani
Epouse de Joseph -->

Charles-Louis

Louise Stefani
épouse de Pierre-->

Génération 3

Génération 2

Génération 1

Lucien Stefani
Catherine Giaccobbi

Joseph Stefani
<-- époux de Juliette

Pierre Stefani
<--époux de Louise

Orso-Paul Stefani

Ces liens se sont affirmés de façon très forte pendant les périodes troublées de la 2 éme guerre mondiale, au cours de laquelle les échanges de courriers depuis Gigean vers la Corse, Paris ou la Normandie ont conservé un rythme particulièrement soutenu. Les nombreuses lettres de Juliette Stefani à sa nièce Louise témoignent d'un souci vicéral de maintenir les rapports entre les uns et les autres, une branche et l'autre, une génération et l'autre. On y découvre aussi le souci de partager des inquiètudes, des chagrins et des drames que les circonstances imposaient de vivre à distance.

L'autre branche maîtresse CALDIE

Elise Caldié, notre ancètre directe par son fils Charles-Louis était la fille de Charles CALDIE (1826) et de son épouse Marie VALAT (1833). La descendance commune se constitue donc autour des 3 enfants de Charles CALDIE (sénior) : un Charles CALDIE (Junior 1854) sans descendance, Elise CALDIE notre ascendante (1857), et Fernand CALDIE (1864).


Fernand CALDIE

Fernand CALDIE qui épousera Germaine LAVENE n'engendrera qu'un seul descendant, Suzanne Caldie née en 1894. Cette Suzanne Caldie, cousine germaine de Charles-Louis Stefani, Juliette, Lucien et Victor, aura une fille issue d'un mariage BONNIER. Cette fille, Germaine Bonnier aujourd'hui épouse JOUVENEL et agée en 2002 de 81 ans est la cousine issue de germaine et pratiquement contemporaine de Louise Stefani.
Elle assure la continuité à Gigean, où elle habite la maison familiale, 30 Grand'rue, depuis le décés de Tante Juliette


Suzanne Caldie-Bonnier


Germaine Bonnier-Jouvenel

Germaine Bonnier, épouse Jouvenel, est ainsi le seul noeud de l'unique "autre" branche issue d'Elise CALDIE. Elle mérite à ce titre une grande considération. Elle peut aussi être l'objet d'une chaleureuse affection, car après de longues années de silence, elle a reçu la visite de ses lointains neveux avec intérêt, courtoisie et une émotion touchante. Et puis, elle nous a permis de découvrir que, par elle, nous comptions encore de nouveaux cousins, Car si Germaine Jouvenel est le noeud d'une branche, il en est reparti de nouvelles pousses : Bernard (1944) et Patrick (1948), par lesquels la descendance continue de se perpétuer.


Avant de quitter Gigean, un petit détour au cimetière nous permet des nous recueillir sur la tombe de nos ancètres.
Y reposent Pierre VALAT, Charles CALDIE senor, son épouse Marie VALAT-CALDIE, Charles CALDIE junior, Elise STEFANI-CALDIE, Joseph et Juliette STEFANI, Fernand CALDIE et son épouse, Germaine LAVENE-CALDIE, Suzanne BONNIER-CALDIE, et aussi Alain et Jean-Pierre JOUVENEL enfants de Germaine Bonnier, décédés dans leurs premiers ages en 1943 et 1944.

 Félicitations au lecteur, à celui qui parvient au terme du document après avoir suivi patiemment le fil de tous les paragraphes.
Pour ceux, nombreux sans doute, qui atteignent ces lignes en ayant évité les obstacles nés de la réalité complexe de l'histoire familiale, nous suggérons qu'ils réitérent leurs efforts dés que leur esprit y sera à nouveau préparé.

Bienvenue | état Civil | Palmares | Anniversaires | Actualité | Dossiers | Bloc notes | Adresses | Herponcey | La Photo